A la racine ou au sommet de notre arbre généalogique (tout dépend où l'on se place), notre plus ancien ancêtre CHEVREY retrouvé à ce jour se prénomme Hugues. Alors que nous connaissons pratiquement tout de la vie de nos proches aïeux, nous ne savons que peu de choses de lui. Les registres paroissiaux de cette période (nous sommes au milieu du XVIIe siècle) sont lacunaires pour un certain nombre de paroisses, dont celles qui nous intéressent.

Comment avons-nous retrouvé Hugues ?

Retrouver notre ancêtre le plus éloigné, en l'absence de sources très précises, s'est vite transformé en un vrai jeu de piste... Point de départ de cette filature : la généalogie de notre famille établie au XVIIIe siècle par Nicolas JACQUIN, curé de Charnay-lès-Chalon. Nous aurons l'occasion de revenir sur cette intéressante source dans une prochaine publication.

Sur cette généalogie, conservée en mairie de Charnay-lès-Chalon, figurent notre ancêtre Louis CHEVREY, époux d'Anne BOUTEILLEY, et sa soeur, Jeanne CHEVREY, épouse de Claude BARRAULT. Nous ne savons pas encore de qui ils sont issus, mais le curé a pris soin d'ajouter une petite note dans le bas de la page : "Louis et Jeanne Chevrey cy dessus avoient encore une soeur qui avait épousé N Clamard de Verdun".

Les registres paroissiaux de Charnay étant lacunaires avant 1688, il nous est impossible de retrouver ce mariage dans cette paroisse. Nous prenons donc la direction de Verdun-sur-le-Doubs où, par chance, les registres paroissiaux débutent en 1576 et sont quasiment complets ! On sait alors que Louis CHEVREY s'est marié aux alentours de 1660 (son fils François naît en 1668 et son épouse Anne serait née vers 1636). Sa soeur Jeanne décède en 1718 à l'âge de 80 ans, elle serait donc née aux alentours de 1638. Avec ces détails, on peut donc espérer que leur fameuse soeur, dont nous ignorons encore le prénom, serait de la même génération. On recherche alors son mariage à partir de 1650...

Après avoir feuilleté quelques dizaines de pages du registre et lu un certain nombre d'actes, la piste choisie s'avère être la bonne ! Le 24 août 1660, une dénommée Pierrette CHEVREY épouse un certain Philibert CLAMARD... En ayant lu les précédents actes, on s'aperçoit vite que le patronyme CHEVREY n'est pas du tout répandu sur Verdun, nous sommes sur la même génération que Louis et Jeanne, il y a donc peu de probabilité que nous fassions fausse route...

Voici cet acte (cliquez sur la photo pour l'agrandir) et sa transcription :

Xr_CLAMARD-CHEVREY_1660-08-24

"Philibert Clamard manouvrier demeurant a St Jean a Verdun fut épousé le mardi 24 aoust 1660 avec Pierrette Chevrier [Chevrey] fille de furent Hugues Chevrier et de Thiennette Goujon du village de Talan paroisse d'Estrigny étant au service de Anthoine Cruchau de Siel et ce en présence de maître Philippe Laforge marguillier audit St Jean de Verdun."

En bon généalogiste qui se respecte, il convient cependant de prendre cet acte avec précaution et de ne pas prendre toutes les informations fournies "pour argent comptant". En effet, sommes-nous sûrs qu'il s'agisse bien du bon couple CLAMARD-CHEVREY que nous recherchions ? Le patronyme Chevrier mentionné dans l'acte correspond-il réellement au nôtre ? Pierrette est-elle réellement la soeur de Louis et de Jeanne ? Plein de questions se posent et, malheureusement pour nous, peu de sources nous permettent de faire des recoupements...

La piste paraît néanmoins crédible, et on peut supposer que la transition CHEVRIER à CHEVREY se soit faîte au moment où Louis et Jeanne se sont installés à Charnay-lès-Chalon. Une mauvaise prononciation, des comparants ne sachant ni lire ni écrire, et un curé un peu sourd sont autant de paramètres qui ont souvent conduits à la déformation de nombreux patronymes !